Mer Méditerranée: Tragédie à ciel ouvert !

Voilà deux ans, le Printemps Arabe stupéfia le monde et enchanta les foules applaudissant la chute de dictateurs de longue date, l´un après l´autre. Um seul décida de résister à tout prix : la Syrie. Depuis, combien de tragédies humaines! Combien de familles détruites, combien d’horizons d’espoir ensevelis par une réalité cruelle où le tout économie finit par signaler une politique du chacun pour soi, du « on n’y peut rien » ! Voilà le véritable message à l’origine d’un drame collectif qui n’élimine en rien des drames individuels : l’indifférence des puissances économqiues qui nous parlent de bonheur collectif, de liberté et de valeurs humaines chères à tous!

Il n´y a plus de doute que les politiques semées dans les pays “libérés” menèrent à l´apparution d´un nouvel et farouche ennemi: l´Etat Islamique et ses soldats déclarant la guerre à l´Occident. Mais aussi aux populations arabes qui y résident, abandonnées à leur triste sort. L´espoir et les rêves de lendemains pleins de dignité humaine respectée montrèrent au monde des masses humaines chantant victoire et de joie, avec un message clair: il y avait une faim de démocratie et de jours meilleurs pour les populations locales. Et quel souffle pour ceux qui croyaient encore aux politiques valorisant la dignité humaine dans son ensemble ! Et non plus suivant les frontières ou les enjeux politiques !

Qu´à fait l´Europe depuis, l´Occident dans son ensemble, y compris la Russie? Aucune solidarieté, aucune demonstration de sensibilité face aux nouvelles scènes chargées de tragédies humaines et de désespoir. L´Union Européenne, en tête l´intransigeante Allemagne, semble ignorer les veritable dangers surgissant infailliblement à imposer des politiques d´austérité, sans aucune préoccupation avec les conséquences ; quand, au-delà de la soumission économique, y ajoutant l’amour propre blessé,  on finit par atteindre la dignité humaine bafouée dans sa condition d´être.

Sans savoir quoi faire pour semer les racines de l´espoir en pleine Afrique, frontière naturelle de l´Europe. Mais partout ou il le fallait pour éviter justement ce qui se passe en Méditerranée et aux frontières de pays qui sont débordés par la nouvelle problématique créée par l’Occident lui-même. Voila pourquoi il devient impératif qu’avant d’en vouloir aux réfugiés, aux demandeurs d’asiles, les européens, nation par nation, devraient demander des comptes á leurs gouvernements pourquoi on en est arrivé lá ! Comment des gens sans rien, même plus la confiance d’un chez eux meilleur bientôt, peuvent-ils embarquer, ou débarquer, sans une logistique bien huilée ? C’est une folie que de penser que le malheur des uns, toutes frontières confondues, est en train de se faire au bonheur de ceux qui dominent impunément cette logistique ! La traite humaine reprend une forme indigne d’une civilization qui veut être prise en exemple et au sérieux ! Nous ne pouvons nous taire, nous qui sommes loins de cette tourmente !

Cette politique a fini par permettre l´enracinement de nouveaux problèmes qui surgissent à chaque jour, augmentant les dimentions du drame. L´Europe toute entière, agissant ainsi, devant laisser perplexe les alliés lointains séparés par des mers aussi vulnérables que la Méditerranée quand on a face à des logistiques aussi complexes que celles que nous voyons agir, en plein ciel, en pleine Mer, l’Europe donc, semble ignorer que la Turquie, la Grèce, Chypre et les petites nations du Moyen-Orient (qui fut Proche Orient autrefois avant d’être abandonné à des décennies de guerres internes imposées au Liban en toute impunité à ceux qui y portèrent le malheur ! je le dis en Libanais indigné bien sûr du sort des miens). Ces nations sont convoitées parum Etat Islamique assoiffé de pouvoir et vengeance sanguinaire. Leur faiblesse actuelle les transforme en proie naturelle face à des gens disposés au pire. Les affaiblir c´est jouer avec um autre danger en vue: la Mer Méditerranée em flammes sera pire que l’irruption du Vésuve et l´Etna ensemble, en même temps ! Combien de Pompéi aurions-nous alors sous leurs cendres ? Quelle hecatombe prévoir?

Par rapport au Brésil, d’où je me manifeste, toutes les nations de la Méditerranée ont fini par craver leur présence ici, à élire la terre brésilienne comme seconde Mère- Patrie. Tous ici doivent être apréensifs et avec une angoisse profonde, vivant um double drame: la grave crise brésilienne actuelle semée par des égoismes qui ont permis au pays de tomber si bas. Et les lendemains incertains des nations baignées par la Mer Méditerranée.

La diplomatie brésilienne (et pourquoi pas, à traduire mon texte et appel, toutes les nations concernées) doit faire entendre sa voix et intervenir avec détermination au nom de ses millions de méditerranéens devenus brésiliens depuis ! Le Brésil, comme le Canada, l’Australie, les États-Unis et d’autres nations aux grands territoires, héberge tous les peuples atteints par cette lamentable tragédie des temps modernes. Il n’est pas possible de rester indifférent, comme si rien ne se passe !

Il faut absolument constituer une chaîne de solidarieté, analiser toutes les perspectives du problème, cherchant à comprendre comment ramener la paix pour les uns (Europe et alliés), l´instaurant en Afrique et Asie sans avoir recours à des gendarmes locaux auxquels on confie le pouvoir à y devenir maître absolu ! Non, l’Histoire doit servir de leçon et non plus devenir répétitive encore une fois.

Il reste toutefois une lueur d´espoir: l´Occident a su se rétablir, se redresser, redevenir riche et puissant, au long de soixante dix ans, d´un état de caos legué par les Première et Deuxieme Guerre Mondiales. Il faut savoir, aujourd´hui, se rétablir encore une fois, sans abandonner les nations que lui ont données toutes les conditions de pouvoir renaître des cendres, reprendre pouvoir et prospérité sociale, comparée au reste du monde autrefois leur domaine colonial.

Sauver la Terre, aujourd’hui, c´est permettre de sauver les peuples qui y habitent et souhaitent perpétuer leur présence et leurs cultures (traditions) en paix. Et pourquoi pas une culture de paix qui permette d’atteindre des croissances économiques naturelles et non pas au prix de l’aviltation d’autrui ou de continents qui ne doivent plus payer le prix de ce que l’Histoire nous légue comme Grandes Découvertes!

Toufic Attar   
Citoyen de la Mer Méditerranée, berceau de l'humanité.
São Paulo, 31 /Août/2015